Revue de presse culture et développement

Bienvenus à votre revue de presse qui conjugue culture et développement au Burkina.

Burkina Faso : Se replonger dans les idées de Thomas Sankara. Ce titre du quotidien en ligne Burkina 24 annonce la tenue du colloque international « Thomas Sankara et le développement ». Prévu pour se tenir jusqu’au 28 juillet 2022, la cérémonie d’ouverture a eu lieu le mardi 26 juillet à l’Université Thomas Sankara.

« Pourquoi un colloque aujourd’hui ? Parce que nous avons constaté que les modèles actuels de développement ont montré leur limite dans l’amélioration des conditions de vie de la population. C’est pourquoi nous avons jugé utile de nous replonger dans les idées de Thomas Sankara, pour voir qu’est-ce que nous pouvons tirer de meilleurs de ses idées, pour pouvoir implémenter nos politiques de développement », renseigne le président de l’Université Thomas Sankara , Pr Pam Zahonogo, cité par Burkina 24.

Le Premier ministre Albert Ouédraogo, lui, se réjouit de l’organisation de ce colloque autour d’une « personnalité historique ». « Je salue l’organisation du présent colloque autour d’une personnalité historique de notre pays, dont les œuvres et la renommée transcendent nos frontières nationales. Thomas Sankara, une icône, dont la simple évacuation du nom ne laisse personne indifférent… L’Université Ouaga II, baptisée Université Thomas Sankara en [ 2020 ], au-delà de la formation académique, poursuit l’idéal de développement endogène, au cœur de la vision de ce grand homme », avance le chef du gouvernement.

Soucieux de pérenniser les œuvres de Thomas Sankara, le président de l’Université Thomas Sankara soutient que sur le plan scientifique, les idées de Thomas Sankara seront recentrées pour essayer de voir comment ces idées pourront aider à mettre en place des politiques publiques.

Ainsi, à la fin de ce colloque, un ouvrage qui va recenser les meilleures idées scientifiques liées au développement que Thomas Sankara  avait produites, sera édité, conclut Burkina 24.

Prix de l’excellence de l’éducation 2022 : 108 élèves et 26 enseignants récompensés, informe Minute.bf. La cérémonie présidée par le Premier ministre Albert Ouédraogo, était placée sous le thème « ensemble, célébrons le mérite pour une école plus résistante ».

« 108 élèves et 26 enseignants venus des treize régions du Burkina et issus de toutes les options et series, ont été récompensés dans la matinée de ce jeudi 28 juillet à la Salle des banquets de Ouaga 2000. Au titre des meilleurs élèves, 24 élèves ont été primés pour leurs fortes moyennes enregistrées au Certificat d’Etudes Primaires. Au Premier cycle, 29 meilleurs élèves admis au BEPC, au CAP et au BEP ont également été récompensés.

Quant au second cycle, ce sont 55 meilleurs élèves admis au BAC général toutes séries confondues et au BAC Pro qui ont vu leur efforts reconnus par l’Etat burkinabè. Ces élèves sont repartis avec de nombreux lots dont des ordinateurs, des médailles, des gadgets et bien d’autres prix remis par les partenaires », détaille le quotidien en ligne.

Parmi les 26 enseignants primés, deux ont été désignés « Super enseignants de l’année ». Pour cela, indique Minute.bf, ils recevront chacun « Prix du Président du Faso » constitué « d’une villa F3, d’une moto et d’attestations ».

Le secteur extractif a généré plus de 291 milliards F CFA en 2020 au Burkina Faso, apprend-on chez le confrère Faso7. Le quotidien en ligne rapporte ainsi les résultats du 12e rapport de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives au Burkina Faso (ITIE-BF), exercice 2020, qui a été présenté ce mardi 26 juillet 2022, à Ouagadougou. Ce sont 17 sociétés minières qui ont été retenues pour cet exercice.

Les revenus nets générés par le secteur extractif pour l’année 2020 au Burkina se chiffrent à « 291, 70 milliards de F CFA » contre « 160,16 milliards » en 2019,  soit une augmentation de 83,13%, précise Faso7.

En ce qui concerne la contribution de ce secteur dans l’économie, le rapport note qu’en 2020, les revenus du secteur extractif encaissés par le Trésor se sont élevés à 237,31 milliards de F CFA représentant 81,35 % du total des paiements effectués par les sociétés extractives au cours de la même période. La contribution au PIB, elle, est de 1 637,79 milliards F CFA.

Le montant total du Fonds minier pour le développement local (FMDL) transféré aux communes et régions en 2020 quant à lui s’élève à 45 831 852 081 F CFA contre 11 081 220 705 FCFA en 2019.

Selon Jonas Hien, président du collège des OSC à l’ITIE-Burkina Faso, cité par Faso7, le Fonds minier de développement local n’est pas encore bien compris. Il a deux volets d’utilisation. Il s’agit du volet social et du volet économique. « Toutes les communes bénéficient du Fonds minier de développement local. C’est la clé de répartition qui fait la différence », a-t-il déclaré.

Promouvoir la filière mangue, c’est l’ambition affichée de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF). A travers le projet ARCHIPELAGO, elle a organisé la première édition du Salon de la mangue (SAMA), les 21 et 22 juillet 2022 à Bobo-Dioulasso, indique l’Agence d’information du Burkina (AIB).  « Les enjeux de développement de la filière mangue au Burkina Faso : Etat des lieux et perspective », c’est sous ce thème que s’est tenu le SAMA.

 La filière mangue regorge d’énormes opportunités d’emploi et de création de richesses. « Le volume annuel des productions en mangue se situe entre 160 000 et 300 000 tonnes avec une superficie exploitée de plus de 33 000 hectares. Des chiffres qui placent la mangue au premier rang de la production fruitière au Burkina Faso », rapporte l’AIB. D’où tout l’intérêt du Salon d’offrir un cadre d’échange autour des défis et enjeux du secteur en vue de trouver des solutions aux difficultés qui limitent la compétitivité de la filière et affectent les revenus des acteurs de la chaine de valeur.

Mondiaux d’athlétisme, Hugues Fabrice Zango médaillé d’argent, informe Sidwaya. En effet, le triple sauteur burkinabè qui a pris part aux championnats de mon de d’athlétisme à Eugene, aux États-Unis, a décroché la médaille d’argent, le dimanche 24 juillet 2022, grâce à un bond de 17,55 m.

Avec cette performance, précise Sidwaya, Hugues Fabrice Zango se classe 2e derrière le Portugais Pedro Pichardo, (17,95) et devant le Chinois Yaming Zhu (17,31). Ce trio se connaît assez bien dans cette discipline. Selon le journal de tous les Burkinabè, par exemple, « ces trois athlètes avaient animé la finale du triple saut lors des Jeux Olympiques de Tokyo l’an passé avec la médaille d’or pour Pichardo, l’argent pour le Chinois et le bronze pour Hugues Fabrice Zango. » Cependant, précise Sidwaya, le Burkinabè « revient de loin cette année. » « Après l’historique première médaille olympique qu’il a offerte au Burkina Faso en juillet 2021 au Japon, le doctorant de l’université de Béthune en France a galéré en début d’année 2022 à cause d’une blessure (une talonnade lors d’un entrainement) qui l’a écarté des sautoirs, les cinq premiers mois de l’année.

Il a été obligé de faire une croix en mars dernier sur les championnats du monde d’athlétisme en salle à Belgrade, alors qu’il est le recordman (18,07m) du monde en indoor », indique le journal. Ce n’est qu’en juin que Hugues Fabrice Zango est revenu à la compétition lors du meeting d’Andujar en Espagne où il a terminé à la 2e place.

N’empêche, « Il peut entrevoir une belle suite aux mondiaux 2023, prévus à Budapest, avant de se rendre aux JO de Paris en 2024. Et pour être sur le toit du monde dans sa discipline, il faudra qu’il aille chercher le Portugais Pedro Pichardo, jusque-là intouchable depuis trois années maintenant », conclut Sidwaya.

Hugues Fabrice Zango n’est pas le seul à avoir fait parler de lui au cours de cette semaine. En effet, le quotidien en ligne, Burkina 24, nous apprend que le vendredi 22 juillet 2022, Israël Mano a décroché sa première victoire officielle en MMA (Arts martiaux mixtes) à Manama au Bahreïn. « Notre champion Israël MANO, 93kg, a remporté le combat qui l’opposait à l’Égyptien Mohamed ASHOOR 120 kg, dans la catégorie 120,2 Kg. Le combat qui n’a duré que 3 rounds, a été largement dominé par MANO qui enregistre ainsi sa première victoire officielle en MMA.

Ce titre est l’un des plus convoités par les combattants de MMA dans le Moyen Orient et à l’international… », exulte B24.

Israël MANO avait été Champion du monde de l’ensemble des arts martiaux traditionnels vietnamiens et détient à ce jour, plus de 45 médailles et titres africains et internationaux dans divers arts martiaux, rappelle le journal.

(Visited 318 times, 1 visits today)

Des vidéos sur le même sujet

LEAVE YOUR COMMENT

Your email address will not be published.